We’re Human After All!

https://i2.wp.com/www.parolesvaines.fr/wp-content/uploads/2011/03/Deus-Ex-HR-Logo.jpg?resize=300%2C68

Dans les jeux les plus attendu en 2011, nous avons le préquel du jeu de l’année 2010 Deus Ex, sorti Vendredi Dernier. Développé dans les bureaux d’Eidos Montreal (Vive les Frenchies), il s’agit du premier jeu du Studio canadien qui a commencé à travailler dessus en Oct 2007.Il reprend l’univers de Deus Ex, tout en posant les bases qui seront reprises dans le jeu originel. Ici, les augmentations sont mécaniques, bien qu’on apprenne que Versalife travaille déjà sur des projets d’augmentations nano-technologiques (Celle de Deus Ex 1). Nous sommes en 2027, 25 ans avant les événements de Deus Ex, et nous suivons Adam Jensen, ancien SWAT, reconverti dans la sécurité privée suite à l’échec d’une mission qui a abouti à un massacre. Il travaille alors comme chef de la sécurité  pour Sarif Industries, l’un des leaders en biotechnologies, et principalement, en augmentations mécaniques. Lors d’une attaque par des mercenaires sur le siège social, il est blessé quasi mortellement, et son amante, scientifique de génie du groupe, Megan Reed est tuée. Pour le sauver, Sarif va devoir lui implanter des augmentations possibles, afin de remplacer ses bras, ses jambes, et une grosse partie de sa cage thoracique. Ils en profitent aussi pour lui rajouter des implants neuraux et optiques. 6 mois plus tard, Jensen est de nouveau sur pied, alors qu’une prise d’otage dans une des usines du groupe, le force à se remettre de suite en action. Commence alors une enquête à travers le monde pour découvrir les gens qui tirent les ficelles, et venger Megan.

https://i0.wp.com/media.bestofmicro.com/deus-ex,4-J-304723-13.jpg?resize=300%2C168

Il s’agit d’un RPG en vue à la première personne, qui garde une grande partie des systèmes de Deus Ex 1. L’inventaire est géré selon la taille des armes, munitions, et des autres objets que vous emportez avec vous, ce qui demande souvent de faire des concessions (même si on peut « augmenter » la taille de l’inventaire). Tout comme le premier, utiliser ses augmentations consomme de l’énergie, et il faut consommer des nutriments pour les régénérer (Même si la première cellule d’énergie se recharge toujours automatiquement). Une des différences entre les 2 vient que l’expérience sert directement à gagner des points d’amélioration, et non plus à améliorer des compétences, on peut par contre toujours trouver ou acheter des kits pour s’augmenter. Jensen peut aussi (Moyennant des augmentations) se rendre invisible, défoncer des murs fragiles, tirer des microbilles d’acier sur 360° ou encore sauter de n’importe quelle hauteur sans se blesser. Question vie, les développeurs ont garde le système qui marche pour tous l es jeux d’action, hors combat, ou couvert, la santé se régénère automatique, même s’il est possible de se régénérer plus vite en consommant de la nourriture. Il est aussi possible d’augmenter sa limite de vie en consommant analgésiques ou alcool). Enfin, une des particularités qui m’avais dérange au début, mais qui reste pratique (même si on peut le désactiver dans les options) est le surlignement des objets récupérable et utilisable, ce qui permet direct de repérer interrupteur, échelle, grille de ventilation, munition et armes de loin. A noter que même si la majeure partie du jeu est en vue FPS, des que l’on se met à couvert, qu’on combat au corps-à-corps, ou qu’on utilise certaines augmentation, on passe en vue à la troisième personne. Lors des dialogues, le jeu propose aussi plusieurs lignes selon l’humeur que l’on souhaite transmettre (Avec un cours résumé de la phrase prononce par le héro), et propose même une augmentation qui permet de lire les personnalités et d’influencer des PNJ via des phéromones synthétiques.

https://i1.wp.com/images4.wikia.nocookie.net/__cb20110515194040/deusex/en/images/e/e3/DX3_PC_screen_combat_rifle_SFR_27.jpg?resize=500%2C311

L’univers est relativement grand, à la manière du premier, et parler aux PNJ est souvent récompensé via des missions secondaire, permettant de gagner argent, expérience, et parfois points d’augmentation. On ressent d’ailleurs une grande inspiration du 1 dans les missions secondaires du 3, tant le genre est le même. Une grande partie du jeu est dédié à l’infiltration, même s’il est toujours possible d’entrer par la porte d’entrée et dézinguer tout le monde, le jeu récompense les approches où on tue le minimum de gens et où l’alarme ne sera pas donnée. Il est d’ailleurs fourni dès le départ, une augmentation permettant d’assommer les ennemis sans les tuer, avant d’aller les cacher dans un coin, pour éviter l’alarme. On retrouve d’ailleurs un peu les même sensations qu’un Metal Gear Solid, dans ce jeu du chat et la souris avec les gardes, les cameras, et les robots. Une autre similitude avec MGS est le radar qui vous donne une carte approximative, et la position des gardes. (Une augmentation permet d’afficher les zones où on peut vous entendre, et les champs de vision des gardes, et cameras) Le jeu insiste aussi beaucoup sur le piratage, via un mini-jeu récurent pour chaque piratage, et récompense par fois par des crédits, de l’expérience ou des bonus pour les piratages suivants, si on pousse le vice et que l’on ne pirate pas seulement le système, mais aussi des bases de donnes annexes.

Même si je trouve le jeu un peu répétitif par moment (Entrer sur le toit, assommer 1 ou 2 gardes, se glisser dans les conduites de ventilation jusqu’à l’objectif), il répond assez bien a mes attentes et fait oublier le désastre Invisible War, reprenant les bons cote de DE1, tout en améliorant certains autres (Le radar facilite beaucoup l’infiltration) Pour moi, il s’agit définitivement d’un des meilleurs jeux de 2011 même si ce n’est pas le meilleur (Gears 3 promet du très lourd dans la catégorie jeu de l’année 2011) Les caméos du jeu original feront très plaisir aux fans de la première heure (clodos qui sifflote le thème du 1, journaux qui parlent d’événements fondateurs (Versalife, les NSF)) J’ai lu sur Internet que certains critiquaient le faible nombre des munitions droppés par les ennemis, demandant d’être extrêmement parcimonieux dans ces tirs (Je ne peux juger de cet aspect, jouant a 100% Stealth, avec le Takedown et le fusil tranquillisant). Seul gros défaut de la version VF (que j’espère n’existe pas sur la VO) les voix ne sont absolument pas lipsync, ce qui parait aberrant en 2011 (Et comme toujours, les PNJ n’ont aucun accent)

+ Les Plus – Les Moins
+ Musiques discrète, mais qui colle bien au theme

+ Scenario digne d’un Blockbuster.américain

+ Décors sublimes et irréprochables

+ Caméos de Deus Ex 1

– Lipsync des PNJ infames

– Temps de chargement (20~30 sec même sur disque dur)

– Pas assez de munition