FU-SION

Dernier jeu de la licence Tales of, toujours développé par Namco Bandai, Tales of Zestiria est sorti en Janvier 2015 au japon pour les 20 ans de la série, et en Oct 2015 chez nous.

On y incarne Sorey, un humain qui a été élevé par les séraphins, des esprit protecteur de la nature, et dont la bénédiction protègent les humains de hellions, monstres née de la malveillance des hommes et des animaux. Mais ces séraphins sont invisible pour la majorité des humains, et seul de rares élus dont la résonance est suffisante peuvent les voir. Un jour, alors que Sorey et son ami séraphin de l’eau Mikleo, étudiaient des bas reliefs qui parlent de la légende du Berger, être élu dont la rôle est de chasser le mal quand la malveillance s’abat sur le monde des hommes, ils tombent dans des ruines, et rencontrent Alisha, qui s’est perdu dans les montagnes entourant le village des séraphins, Il l’aident à repartir, mais sont alors attaqué par un hellion qui semble poursuivre Alisha, et de peur qu’il la retrouvent, ils quittent leur village, et partent vers la capitale du royaume de Hyland, pour la prévenir et la protéger. Là il rencontre, Layla, séraphine de Feu, avec qui Sorey passe un pacte et devient le Berger, afin d’acquérir le pouvoir de purifier la malveillance des hellions. Il va alors devoir parcourir le monde pour récupérer les pouvoir élémentaires afin de vaincre le seigneur de calamités Heldaf.

Tales-of-Zestiria_2014_05-29-14_013.jpg_600

Le système de combat se rapproche de celui de Tales of Graces, pas de barre de mana, mais une barre d’endurance qui se vide à chaque attaque, compétence et esquive et qui se remplit rapidement lorsque l’on cours ou que l’on se mets en garde. La nouveauté vient de la possibilité de fusionner avec les séraphins (l’Armatisation) chacun ayant une arme (et un élément) liée, pour débloquer des arts spéciaux. Les combats se lancent comme dans les autres Tales of, en touchant les ennemis sur la carte du jeu, la spécificité étant que le combat se charge directement dans la zone actuelle, et non dans une arène générique, ce qui peut poser des problèmes de caméra quand on combat contre un mur ou dans un couloir étroit. Il est possible d’obtenir un bonus de départ en combat en utilisant un attaque séraphique du type auquel l’ennemi est faible. Tout comme Graces f, il n’y a pas de carte du monde générale, on traverse directement les différentes zones et donjons du jeu à la manière d’un Xillia. Une de ses particularité est que le voyage rapide est payant, ce qui oblige à penser chaque « saut ». Dans chaque zone, vous pouvez libérer un séraphin qui en deviendra le Seigneur de la Terre, et débloquera des bonus (comme augmenter la récupération de santé, ou afficher les ennemis sur la mini-map). Dans les différentes zones et donjons du jeu, vous trouverez des stèles anciennes qui donnent des conseils sur le jeu et débloquent des points de compétences pour les capacités spéciales de Sorey. Vous trouverez aussi des points de vue, qui débloqueront des saynètes qui développent l’histoire du jeu et les relations entre les personnages.

1409367515-12-1410434095

C’est un bon jeu pour fêter les 25 ans de la série, mais malgré le lifting PS4, on sent quand même que ce n’est qu’un portage de la version PS3 sorti au japon début 2015. Il plaira aux fans de Tales of qui veulent un jeu plus axé combat, le scenario étant encore plus un prétexte que dans les précédents opus.
tales-of-zestiria-header-001